AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Error 404 (fini)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Neil Abraham
avatar

Error 404
Messages : 76
Date d'inscription : 20/03/2015
Localisation : Assit Devant son PC

ID Second Life
Identifiant: Brain
Age: 20 ans
Pouvoir: Voodoo Child / Honest

MessageSujet: Error 404 (fini)    Ven 20 Mar 2015 - 18:51




NEIL Abraham


Identification



Pseudo: Brain
Age : 20 ans
Sexe: garçon ou garçon le choix est votre~
Orientation sexuelle : Uke  
Groupe :Nihilim
Joue depuis : 2 ans
Phobie :Peur de la trahison | Androphobie (peur des hommes)
Pouvoir :

Honest:

Pouvoir permettant à son utilisateur de faire dire la vérité à une personne. Il peut rendre une personne honnête en une fraction de seconde que celle-ci sois consentante ou non.
Il n'y a pas de limite particulière pour ce pouvoir, seulement si ce pouvoir est utilisé assez souvent sur une même personne. L'utilisateur de ce pouvoir ne pourra pas mentir à cette personne et vice versa.


Voodoo Body:

Pouvoir permettant à son utilisateur de ne pas être blessé, si quelqu'un le frappe, la blessure et la douleurs sera automatiquement renvoyé à la personne l'ayant frappé.
L'utilisateur de ce pouvoir peut aussi provoquer des blessures à une personne en se blessant lui même, la blessure sera alors "donné" à la personne souhaité sans que l'utilisateur ne sois blessé.

Ce Pouvoir n'est cependant utilisable que lorsque l'utilisateur est en forme physiquement (donc qu'il ne sois pas fatigué)
L'utilisateur de ce pouvoir peu cependant utiliser son pouvoir lorsqu'il est fatigué, mais s'il se blesse la blessure sera à la fois sur son corps et sur le corps de la personne souhaité et la cicatrisation sera plus lente.

Métier : Hackeur
Ce qu'il aime :Les tatouages | Son ordinateur | Etre seul  
Ce qu'il n'aime pas :La foule | le bruit | les menteurs | les traîtres | les hypocrites | les mecs qui s'approchent trop près  

Physique





Un pas, deux pas... Je tente de me faufiler tranquillement hors de chez moi. Malheureusement ce n'est pas aujourd'hui que j'échapperais aux habituelles remarques concernant mon physique. M'enfin d'un autre côté ça me fait bien rire alors ce n'est pas vraiment un problème.  Alors que j'allais passer devant la porte d'entrée, la vieille morue qui sert de concierge à l'immeuble décide de sortir de chez elle, accompagnée -oh malheur- d'une de ses amies.
-"Oh mon dieu... Mais qu'est ce que c'est que cette loque !"
Cette loque, c'est moi. 1 mètre 70, maigre comme un clou, un visage trop fin, un corps osseux recouvert d'un tee-shirt noir beaucoup trop grand, d'un pantalon slim délavé et de mes adorées DR.Martens noires. T'as un problème avec ma tronche peut-être ?! Ouai elle a pleins de trous avec des piercings, et alors ?  
-"Ne regarde pas ses yeux ! Ils sont infernaux..Rouge comme le démon."
Non, ça n'existe pas les yeux rouges pov' cruche ! Ya un truc qui s'appelle "lentille" et qui sert justement à avoir des yeux un peu différents. Ouai j'avoue, c'était peut-être exagéré de mettre des lentilles noires avec la pupille rouge, en plus ça défonce les yeux ce machin... Mais bon j'aime bien avoir ma part d'originalité. Ouaip, parce que dans mon pays les yeux bleus c'est pas ce qu'il y a de plus étonnant alors j'ai voulu changer. C'est comme ma tignasse tient, elle est naturellement blonde mais je la colore toujours en noir. J'aime bien ce style, allez savoir pourquoi !
Je passe devant les deux commères en me retenant de rire, alors que je tend la main vers la poignée de la porte pour l'ouvrir, j'imagine déjà leurs visages se décomposer en voyant tous les tatouages qui recouvrent ma peau. Le geste découvre une partie de mon bras, tatouée de haut en bas. Oh bien sûr... Ce ne sont pas les seules parties de mon corps qui sont ainsi décorées, il y en a d'autres...plus intimes disons.
Par exemple j'ai une inscription écrite en elfique dans le cou... Pourquoi ? Je ne sais pas, je trouve juste cela joli. J'ai aussi des motifs tribaux sur le torse et le bras, et une fleur dans le dos. Tout ça c'est de la décoration, fruit d'un coup de tête, un caprice, une envie. Le seul tatouage qui a une signification pour moi est caché juste en dessus du nombril, sur mon bas-ventre. Il est rouge. C'est le seul qui est coloré et il représente une croix barré, une interdiction, une limite à ne pas dépasser. C'est le plus mal fait de tous, pour la simple raison que c'est moi qui en suis l'auteur... il est moche, il est sanglant, il est dangereux.  


Etat mental




Je ne suis pas méchant en vrai... Sauf si on me fait pas chier bien sûr, faut pas exagérer non plus ! Des insultes concernant mon look ? ça me fait bien rire ! Mais il y a des limites à ne pas dépasser... Si je suis de mauvaise humeur peut-être que la blague sera de très mauvais goût finalement. Peut-être que je pourrais être agacé et répondre avec des mots bien choisis ! Ne vous inquiétez pas non plus, ce n'est pas avec mon corps  en forme de brindille que je vais briser des os et casser des meubles. J'ai juste la langue bien pendue s'il le faut.
Peut-être que physiquement je fais un peu peur et que je sourie rarement du premier coup, mais pourtant je suis pas un monstre.  Mon problème serait peut-être que j'ai tendance à beaucoup trop me replier sur moi-même et à éviter d'approfondir mes relations avec les autres. Je n'ai confiance en personne, et surtout pas en moi-même. Personne n'est à l'abri d'une trahison, et le bonheur peut tourner au malheur en l'espace de quelques secondes seulement... Oui, je vois toujours noir, même si tout est rose. Le pessimisme est ma spécialité... Méfiant, peu bavard et plutôt fuyant au premier abord. Il faut arriver en quelque sorte à me dompter pour pouvoir découvrir que je peux aussi rigoler, pleurer, rager, rougir, comme n'importe quel humain.
Cependant, vous vous apercevrez vite que finalement, je suis ne suis pas vraiment comme les autres non plus. Derrière ma solitude se cache une immense fragilité mentale. Je ne peux rien y faire, c'est comme ça. C'est un traumatisme. Je ne supporte pas qu'un homme me touche par surprise, effleure un point sensible ou pose la main sur moi un peu trop intensément. Quand ça arrive, je pète un câble, je deviens très vite nerveux et cela vire rapidement à la crise d'angoisse, aux tremblements et spasmes et je chercherais automatiquement à rester prostré sur moi-même dans un coin. J'ai beau lutter contre cette réaction, je n'y arrive pas... Alors je vis avec, bien que "vivre" soit un grand mot. A cause du même traumatisme, je pleure dans mon sommeil presque automatiquement et je sursaute dès que quelque chose de brusque arrive près de moi.  Cependant, je n'aime pas montrer cette phobie aux autres, ce serait comme me mettre à nu et dévoiler toutes mes faiblesses. Cette phobie qui me fait souffrir et qui est une plaie encore ouverte et saignante, même après toutes ses années, je déteste qu'on la découvre.
Je préfère donc rester le plus seul possible, me fondre dans l'ombre et être silencieux. Observer sans rien dire permet d'apprendre beaucoup plus de choses que de parler de la pluie et du beau temps.
Que dire d'autre... Je n'aime pas non plus les endroits bruyants et plein de foule, les mecs qui se la pètent et puis les menteurs. Je me débrouille toujours pour être le plus honnête possible et ne mâche jamais mes mots. Je n'ai pas un coeur de pierre mais si je vois quelqu'un en difficulté, j'irais l'aider qu'après m'être assurer que cela me rapportera quelque chose. Ma sécurité en premier, celle des autres ensuite...Cela ne veut pas dire que je vais vous laisser crever, mais presque.
J'ai aussi mon petit caractère bien trempé, beaucoup disent que je suis facilement énervé et que je n'ai aucune patience, sauf en ce qui concerne les ordinateurs.  Je ne suis absolument pas d'accord avec eux mais c'est pas grave...


Story of my life





Comme vous le savez peut-être, je suis hackeur. Yep, mon boulot dans la vie consiste à trouver des informations sur le net, des petits secrets bien cachés, et à les revendre, où à chercher des données pour quelqu'un. Brain qu'on m'appelle plus en général, puisque c'est mon nom de hack. Je travaille pour tout le monde et je me branle des relations que mes clients peuvent avoir entre eux. Mon but en tant qu'informateur, c'est de rester neutre et invisible. J'en ai rien à foutre moi de qui ils sont, ou pourquoi ils me demandent ça, tant qu'ils ont du pognon. Quand à l'argent que je reçois, je dépense tout dans l'alcool ou dans du nouveau matériel. Je ne sors que rarement de chez moi, dors le jour et travaille la nuit, voilà. C'est ma minable petite routine.
Maintenant vous allez vous demander comment j'en suis arrivé là peut-être ? Qu'est ce qu'un vampire fout enfermé dans sa chambre devant l'écran de son PC ? Pourquoi il fait ça ? A son âge il devrait être tranquillement en train d'étudier à l'université hein ?
Et bien déjà, laissez moi vous dire que je suis sûrement trop con pour aller dans endroit pareil ! J'ai arrêté l'école avant la fin du lycée. C'était trop chiant et puis à cette époque j'étais déjà assez doué avec mes petites machines adorées pour commencer à bricoler quelques trucs et à me faire du fric. Je trouvais le monde de l'école tellement morne... Quelque chose de plus excitant et dangereux comme le hacking, c'était vachement plus cool ! Je veux dire, j'ai toujours une montée d'adrénaline quand je bosse, quelque chose qui me dit "Oups, les flics peuvent débarquer chez toi d'une minute à l'autre." et je trouve ça bien, ça me motive, j'adore cette proximité avec le danger ! Ouai je suis un peu fou sûrement... De toute façon je n'ai plus personne pour me ramener sur le droit chemin.
Mes parents sont morts dans mon enfance. Un connard qui avait trop bu avant de prendre le volant pour rentrer chez lui, un accident et pis voilà, tout était fini. A l'époque j'en avais beaucoup souffert, pleuré, déprimé. Il me restait une seule est unique personne : Karls, mon grand frère. Il avait 17 ans et moi 11 quand le drame est arrivé, mais grâce à son soutien et à sa force, j'ai pu remonter la pente au fil des années... A ce moment-là il était encore cool ouai. Je copiais son style, je me faisais tatouer, je m'habillais en punk, je m'amusais avec mes cheveux. Je profitais de la jeunesse en gros... Seulement les bonnes choses ne durent jamais longtemps pas vrai ? Je sais pas pourquoi d'ailleurs.... C'est totalement injuste !  
Petit à petit, j'ai vu mon frère tomber dans la drogue. Quand je rentrais du collège, il était rarement là. Il ne rentrait que tard dans la nuit, et c'était dans un état plus ou moins déplorable. Je du apprendre à vivre plus ou moins seul, à supporter le regard méprisant des autres, à endurer la vie quoi ! Tout cela me faisait de la peine, j'aimais mon frère, c'était ma famille, je faisais tout pour l'aider et espérait qu'il me revienne en pleine forme un jour. C'était presque un dieu pour moi... Quand j'étais petit il était toujours là pour me protéger, me défendre devant les parents, m'apprendre à faire des conneries. Il était très important à mes yeux.
Même aujourd'hui j'éprouve encore de la compassion pour son âme et... pourtant c'est lui qui m'a blessé au plus profond de mon corps, qui m'a traité comme une bête, qui m'a fait...ça. C'est lui qui m'a fait...ça.
La première fois, j'avais 14 ans et ça s'est passé quand je rentrais de cours. Pour une fois, il était là, il m'attendais. J'étais heureux de le revoir, pourtant je sentais aussi que quelque chose n'allait pas. J'ai cru qu'il voulait m'enlacer, mais ce n'était pas ça. Je n'ai rien comprit à ce qu'il m'arrivait, il était encore sous l'effet de la drogue, il était brutal, cruel et je ne savais même pas s'il m'avait reconnu. Comme j'ai essayé de me débattre, il m'a frappé. Puis il m'a déshabillé et il m'a forcé. J'avais mal, je hurlais en pleurs, je saignais, mais cela ne faisait qu'agrandir sa folie. Après une heure, il m'a laissé à demi-inconscient et il est parti, pour revenir deux jours après, avec quelqu'un d'autre. Il y eu un échange de billets, mon "frère" repartit, me laissant seul avec et inconnu. Il avait vrillé... Ce n'était plus mon frère, ce n'était plus Karls, c'était juste un malade mental. Il m'avait trahi, vendu en échange de fric pour acheter sa drogue moisie. J'étais devenu son objet, sa pute, et il m'envoyait des clients dès qu'il en trouvait. J'aurais pu aller aux flics, j'aurais pu m'enfuir chez quelqu'un d'autre, ou même à la rue...mais non, je n'ai rien fait. Pourquoi ? Parce que j'avais encore espoir que tout cela s'arrête, que tout redevienne normal et que Karls revienne à la raison. J'étais tellement choqué que je ne voyais pas la réalité en face. Je suis resté passif, endurant ce traitement pendant quatre mois, j'ai arrêté de sortir de chez moi, étant dans l'incapacité de bouger correctement. Je n'avais pas assez d'amis pour qu'on s'inquiète de mon absence et les professeurs de ce collège miteux étaient tous véreux, ne s'intéressant qu'à leur paye de fin de mois. J'attendais que la porte s'ouvre, que l'homme entre, qu'il s'occupe de moi sans aucune tendresse et qu'il reparte sans un mot. Si j'essayais de me défendre, cela faisait encore plus mal alors j'avais arrêté. J'attendais juste que le moment passe, puis je retombais dans mon mutisme. Le pire n'était pas la souffrance physique, mais bien la pensée que mon frère, mon frère m'avait trahi. Moi qui avait naïvement toujours cru en lui de toutes mes forces, même quand il avait commencé à tomber... C'était une douleur horrible, qui me faisait pleurer jour et nuit, trembler, crier. La seule chose qui m'a empêchée d'entrer totalement dans la folie à ce moment-là, fut mon ordinateur. Ce monde virtuel qui s'ouvrait à moi, il était libre, gratuit et sans limite. Un moyen d'oublier ce qu'il m'arrivait, d'oublier tout, de m'évader mentalement.

Un jour pourtant, la délivrance arriva. Je ne l'attendais plus, j'étais presque brisé, mentalement comme physiquement. La porte s'était ouverte, c'était sûrement un client, il allait arriver, me prendre comme une bête sauvage et repartir. Pourtant ce n'est pas ce qu'il se passa. Cet homme là n'était pas un client, il m'avait simplement tendu la main en disant :
   -"Karls est mort. Overdose. Tu es libre gamin."
J'avais lu de la compassion et de la tendresse dans son regard. Il m'avait ramené chez lui, soigné et c'était débrouillé pour que je puisse retourner dans un autre collège. C'était un mafieux, un puissant homme de l'ombre auquel mon défunt frère devait de l'argent. Pourtant il effaça la dette en me disant que ma souffrance compensait le remboursement. Une fois que mon corps fut à peu près remit, il me donna les clés d'un studio et je ne le revis plus jamais.
Je commençais une nouvelle vie. Exactement. Rien n'allait être comme avant. Je mis très longtemps avant d'assimiler que mon frère était bien mort et que ma captivité était finie. J'en avais même censuré les plus violents passages inconsciemment et ce sont des souvenirs qui ne me revenaient qu'en situation de stress intense. Je compris que j'étais seul. Entièrement seul. Et cela me fit peur... Je me renfermais sur moi-même et évitais alors de m'attacher aux autres. Et il y eu une autre séquelle qui ne guérit jamais non plus : je ne supportais plus qu'un homme me touche un peu trop, ou par surprise. Si par malheur ça arrivait, je devenais agressif, peureux, stressé et des bribes de ce qu'il m'était arrivé avant me revenaient en tête, me provoquant des spasmes et des pleurs incontrôlés. A cause de ça, je me suis moi-même fait un tatouage, pour graver dans ma peau cette phobie : une croix rouge, une barrière, pour bien signifier que plus jamais je ne voulais être touché ainsi. Encore aujourd'hui, je subis les restes de ce drame, j'en rêve la nuit, j'essaye d'oublier sans y arriver, j'ai peur.

Karls... Je me sens misérable d'arriver encore à le chérir après toutes ses horreurs. C'était un connard, un enfoiré et pourtant je n'arrive pas à l'effacer de ma mémoire ! J'en souffre encore alors que lui il se baigne dans les flammes de l'Enfer... Je voudrais le faire revenir à la vie et le crever un millier de fois pour me venger, mais je n'arrive même pas à concevoir cette idée pleinement. J'ai encore une sorte de barrière qui m'empêche de le détester entièrement. "C'est la drogue, ce n'est pas sa faute."... "Vous n'avez tout les deux pas eu de chance." Autant d'excuses qui tournoient sans cesse dans mon cerveau et que je n'arrive pas à chasser. Pitié de merde !
Après la mort de Karls donc, j'ai commencé mes activités illégales, et j'ai réussi à me faire un nom, petit à petit.
En bref, voilà un petit résumé de ma vie de merde...


Rebirth





Aujourd'hui encore, je dois m'introduire dans les serveurs d'une banque et récupérer des données. Les ordres : trouver des preuves qu'un certain dirigeant de la Banque Centrale appartient bien à un groupuscule de la mafia, le tracker et prendre les photos le mettant en faute. C'est facile... Je récupère son mail, je regarde ses messages... Rien. Bien... C'est un homme discret ! Regardons ses numéros de téléphones, ses adresses mails secondaires, les endroits où il s'est connecté, ses comptes bancaires, les portables de ses proches... Au bout d'une journée de recherche intense, je trouve enfin une transaction bancaire un peu louche. En y regardant de plus près, je trouve effectivement un lien avec un homme de la mafia, je mets leurs lignes sous écoute. Et après trois jours de surveillance intensive, j'obtiens enfin un lieu de rendez-vous. C'est parfait. Je ne dois pas laisser passer cette occasion, elle va me rapporter beaucoup d'argent !
Un peu plus tard, je suis dans la rue, avec une vue parfaite sur la place où ils ont rendez-vous, ils ne devraient plus tarder... Je stresse un peu tout de même, j'espère que ce n'est pas un piège ou un truc dans le genre. Le seul truc de sûr dans mon métier, c'est que justement rien n'est sûr.

-"Et ? Le sale ghotique là ! Passe nous tes sous !"

Je sursaute et me retourne vivement. Une bande de cons... Des mioches, bruyants et mauvais. Je n'ai qu'une envie : leur exploser la tronche le plus vite possible et retourner ensuite à ma surveillance.

-"Bah quoi ? Qu'es'ta à nous regarder ? Ton fric on a dit !"

Ils se rapprochent, je recule. La panique commence à monter en moi... Ils sont trop bruyants et pas assez discret, ils vont tout faire foirer ! Bordel de merde ! En plus ils sont trop porches de moi, je ne supporte pas ça !
Je m'avance brusquement pour foutre une droite au premier mec et fout une droite au second... Ouai mais n'allez pas croire que je suis super bon en baston non plus, c'est plutôt même l'inverse d'ailleurs. Deux secondes après je me prend un énorme coup de poing dans les côtés et tombe par terre, me recroquevillant dans la douleur. Ils en profitent pour me frapper pendant de que je suis au sol. J'entends vaguement une femme hurler puis appeler les flics. Mes assaillants s'enfuient aux son de la sirène... Et moi j'ai le réflexe d'envoyer un SMS, un dernier SMS, avant de jeter mon téléphone dans la bouche d'égout la plus proche.

18:56. Brain a envoyé : "DESTROY."

J'ai pas envie de me faire attraper par les flics ! Ils pourraient trouver pleins de trucs sur mon réseaux, dénoncer mes autres amis hacker et tout foutre en l'air ! Je préfère encore crever que de finir entre leurs sales mains...  Et puis j'ai toujours eu une dernière carte en main, un plan B, un truc à utiliser si jamais je me retrouvais réellement dans la merde, un truc vraiment radical. La bombe cachée dans mon sac s'activa juste après l'envois du sms. Non. Je n'ai pas prévu de mourir. Mais il existe un certain truc sur le net, ça s'appelle 'Second Life', et ce sms est programmé pour activer mon inscription.

Je ne me rappelle que vaguement de la suite, à part que j'avais sentis une énorme brûlure me traverser le corps et après...le noir total. Est ce que ce jeu ne marchait pas finalement ? C'était q'un bobard de la toile ?
Au bout d'un moment, je senti quelque chose d'étrange près de moi. Comme une présence invisible, une présence masculine. je frissonnais et me recroquevillais sur moi-même, essayant d'oublier cette chose à côté de moi.
-"Abraham..."
Je sursautais en entendant la voix derrière moi et me retournais brusquement, avant d'écarquiller les yeux d'horreur.
Dans le noir ambiant se formaient plusieurs silhouettes aléatoires, surgissant du sol et s'avançant vers mes pieds. Je me mis à trembler et à reculer, sentant le sol se mouvoir sous mes pas. Les mains semblaient vouloir m'attraper, m'attirer, me toucher. Bientôt, il y eu plusieurs voix tout autour de moi, prononçant mon nom de manière obscène et me rappelant des souvenirs oubliés. J'hurlais et commençais à courir sans grand succès. Ma vision se fit floue et mon corps ne me répondait plus. Je crus même reconnaître le visage de mon frère devant moi, éclairé d'un sourire déformé. Dans un ultime sursaut, je criais brusquement :
-"Dégagez !" avant de m'écrouler par terre.

Les formes se figèrent et les murs noirs s'effacèrent pour dévoiler une pièce blanche et propre. Une voix plus métallique me dit alors :
-"Bienvenue à Second Life."



Derriere l'ecran


Pseudo IRL :Natshez
Comment nous a tu trouver? : Bah j'étais déjà ici
Comment trouve-tu le forum?une idée pour l'amélioré? :Niet
Rang désiré : Error 404
Code :Code Bon-Validé par Nihilim

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nihilim
avatar

Maitre du Néant
Messages : 117
Date d'inscription : 01/08/2014
Localisation : Dans mon Atelier

ID Second Life
Identifiant: Nihilim
Age: 21 ans
Pouvoir: Abyss Mnémonique/Acupuncture spirituel

MessageSujet: Re: Error 404 (fini)    Sam 21 Mar 2015 - 17:29

Hey~

Re Bienvenue très cher DC de Lilli :p
J'aime beaucoup ton deuxième perso, il est très intéressant et surtout j'aime beaucoup sa phobie ^^

Je te valide, je te met ta couleur ainsi que ton rang. Tes pouvoirs te seront attribué bientôt ^^
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Neil Abraham
avatar

Error 404
Messages : 76
Date d'inscription : 20/03/2015
Localisation : Assit Devant son PC

ID Second Life
Identifiant: Brain
Age: 20 ans
Pouvoir: Voodoo Child / Honest

MessageSujet: Re: Error 404 (fini)    Dim 22 Mar 2015 - 13:18

Owiii ** Merchi !

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Error 404 (fini)    

Revenir en haut Aller en bas
 

Error 404 (fini)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» [Validée]Godwrath D. Alexander [Fini]
» Petite tornade [fini]
» [fini]Baptème d'Azurely
» Sarkozy ap fè rondomon lè Obama fini pale
» Ohoh, voici Liana ! [Fini.]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Interface de connexion :: Création de Personnage :: Personnages crées :: Satan&Nihilim-