AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 A la vue d'un chat abandonné. [pv Fei]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité

Invité

MessageSujet: A la vue d'un chat abandonné. [pv Fei]   Mer 4 Fév 2015 - 16:23

Cette ville était bien différente de celle où j’avais rencontré ce petit blondinet. Elle m’appelait, comme si elle me criait au visage qu’à partir d’aujourd’hui elle serait mon foyer. Ma nouvelle maison. Et pourtant… j’avais quelques appréhension, ces lieux me giflaient ma propre solitude au visage. Pourquoi avais-je accepté de renaître. Pourquoi n’avais-je pas dit tout simplement : « non, laissez-moi mourir en paix ». C’est vrai quoi, j’avais eu une vie bien remplie, trop remplie, mais aussi trop courte. J’ai abandonné mon fils chez mes beaux-parents…
Le ciel était gris, comme ma propre humeur. J’étais loin d’être au beau fixe. Je regrettais beaucoup de chose, et la dernière en date est mon comportement avec ce blondinet, il me l’a bien rendu, mais je me demande vraiment ce qu’il m’arrive… Je soupire en passant ma main dans mes cheveux lâchés. Aujourd’hui, je n’avais pas eu la patiente de me les natter, j’avais dormi dehors après tout, j’étais sal, courbaturé et fourbu. Alors ma natte attendrait bien un jour… Après, il est vrai que le léger vent les balayaient bien souvent sur mon visage, ça a le don de m’agacer… Mais je n’ai plus qu’à l’assumer.
Assumer cette perte, cet abandon, cet oubli… Ce vide… Zero…
C’était si ironique que cette ville soit mon domicile, on en pleurerait presque.
Ce disant, des larmes troublèrent mes yeux avant d’aguicher mes joues froides et meurtries.
J’ai envie de me casser la gueule moi-même tellement je me fais honte, tellement je me déteste, tellement je déteste ce monde, tellement !
Mes pensées s’entrecroisent, se déchirent, c’est le carnage, la folie…
Encore une fois… puis une autre… Je tombe.
Meurt…
Meurt seulement, oublie toi et enfonce toi dans le néant, ce noir sans fond te vas si bien.
Ma conscience m’attire vers le précipice, elle qui pourtant me forçait à rester tel que je l’étais avant, tant de chamboulement, tant de ressentiment. Un enfer…
J’étais en enfer. Laissez-moi mourir ! Laissez-moi partir !
De rage je criais tout le ressentiment que j’éprouvais, toute la tristesse, tous ces sentiments qui se déversaient en moi. De loin, on pourrait croire que mon cri est le chant triste d’un loup hurlant à la pleine lune, écorchant. Le reflet de mon âme.
Et comme en réponse à ma tristesse, un miaulement me fit ouvrir les yeux alors que je laissais mon visage se faire battre par une averse.
Un chat ?
Alors il y avait des animaux dans cet enfer sans nom… Etaient-ils immortels comme nous l’étions ?
Intrigué, mes jambes me menèrent tel un zombie vers la caisse où s’était réfugié un chat noir. Il me regardait, de ces beaux yeux dorés, il semblait perdu et tout aussi triste que mon cœur l’était. Je pourrai peut-être lui trouver un toit, ou du moins l’aider à survivre le temps que j’en ai un sur ma propre tête…
Un sourire narquois se dessina sur mes lèvres pendant que je moquais de moi-même « Te voilà SDF mon pauvre ».
Ouais, j’avais pas de toit, pas encore, mais je trouverai bien d’ici peu un endroit où me loger, d’ailleurs me rester encore pas mal de thunes, de quoi, au pire me payer une chambre quelque part…

- Alors toi, on t’a abandonné aussi ? lui parlai-je d’une voix douce et chaude avant d’approcher ma main d’une lenteur calculée.

Le chat ne semblait pas sauvage. Au contraire, contre toute attente, il avança sa tête contre ma main et y mettait un coup de boule avec force de ronronnements.
Je craquais…
L’affection de ce chat pourrait me faire du bien, il briserait la solitude dans laquelle je me suis plongé ici. Tel un aveugle…
- Hmm… comment devrai-je t’appeler… Hmm… Encre ? hmm non… tu as raison…

Je faisais littéralement la discussion avec un chat, je devenais vraiment dingue…
Puis j’eue comme une intuition, ou une pensée incongrue qui n’était pas la mienne.

- Non je sais, je vais t’appeler Luna, c’est vrai que ça te vas bien avec des yeux pareils…

Toujours collé à ma main, le chat ronronna de plus belle pour mon plus grand réconfort. Un jour, Erika m’avait dit qu’elle aurait préféré que les flics travaillent avec des chats plutôt qu’avec des chiens, ainsi, à la place de mon Golden retriever, elle aurait eu un chat à la maison le soir, comme lui. Doux, affectueux. A cette pensée, un sourire triste réchauffa mon cœur glacé.
D’un geste doux et affectueux, je pris Luna dans entre mes bras avant de l’emmitoufler à l’intérieur de la veste, sur mon torse, sa tête dépassant de la fermeture éclair…
Revenir en haut Aller en bas
Fei Weitan
avatar

Shadow Heartless
Messages : 81
Date d'inscription : 15/08/2014
Localisation : Dans un trou paumé...

ID Second Life
Identifiant: RED Shadow
Age: 25 ans
Pouvoir: Pain / Blade of Shadow

MessageSujet: Re: A la vue d'un chat abandonné. [pv Fei]   Mer 4 Fév 2015 - 19:30

Triste journée qui avait commencé, le petit asiatique s'était fait passer un savon par ses collègues de travail (encore une fois) parce qu'il était arrivé un peu en retard pour rendre un rapport, en même temps c'était une mission très difficile qui demandait un effective d'au moins trois personnes. Naturellement ses deux empaffés d'enfoirés qui lui servait de collègue lui avait encore délégué la tache de faire ce boulot tout seul, chose qu'il fit par fierté il ne s'était pas rebellé, il fit donc seul le sale boulot ce qui pris plus de temps... C'était un miracle qu'il ai réussit à finir sa mission et surtout en aussi peu de temps.
 Récolter ses infos avait été ardu un peu de retard ce n'était donc qu'un gains de cause, mais ces collègues ne voyait pas ça de la même façon.

Avant de se rendre au lieux du rendez-vous, le petit asiatique était repassé chez lui pour se changer, il avait passé plusieurs jours à traquer il n'avait mangé que très peu et ne s'était pas lavé. Il devait être un tant sois peu présentable, il pris rapidement une douche, s'habilla avec des vêtements propres. En sortant de la salle de bain, Luna l'attendait sagement ce qui fit sourire le petit asiatique qui se baissa pour caresser le doux poil ébène de ce petit chat si fidèle. Il miaulait et se frottait à la petite main du brun. Luna semblait s'être inquiété de ne pas avoir vu son maitre depuis plusieurs jour.

Fei dit doucement:

-Désolé Luna, je t'ai inquiété...Je dois repartir, je n'en ai que pour une demi-heure...Je reviens vite... Quand je rentrerais je m'occuperais de toi.

Le petit asiatique se releva, Luna ne semblait pas vouloir le laisser partir. C'est avec le cœur lourd qu'il tourna les talons et sorti rapidement de son appartement. Il devait se dépêcher, Fei se mit en route pour le lieux du rendez-vous, une petite ruelle de Zero sombre et étroite, le ciel était gris et mornes quand il sortit du bâtiment où il résidait.

Fei se dépêcha et arriva vite à la ruelle, deux grands hommes était posté là. Le petit asiatique reconnu ses collègues, silencieusement il se rapprocha d'eux sans dire un mot , ni même un bonjour, Fei sortit un dossier qu'il tendis à l'un des deux hommes. Celui-ci lui arracha le dossier des mains et il se mit à lire ce que contenait celui-ci.

Le petit asiatique avait finis sa mission avec succès, il tourna les talons pour repartir. Seulement il fut retenu par une main qui lui tenait fermement l'épaule, évidement ses deux crétins ne voulait pas le laisser partir sans faire d'histoire.
 Fei soupira, puis il se retourna pour écouter sa "remontrance", il resta impassible écoutant impassiblement l'homme qui lui hurlait dessus "tu ferais mieux de t'appliquer mieux la prochaine fois!","tu es inutile",... Ces mots ne blessaient plus le petit asiatique qui depuis le temps commençait à trouver ces "discutions" obsolète et futile.

Apparement l'impassibilité de Fei agaça son collègue qui l'attrapa par le col, soulevant ainsi Fei du sol (en même temps il est si petit et si léger ce n'était pas compliqué) il était près à se défendre, mais sautant hors des cartons, une petite ombres noir félines qui mordit et griffa les mains de l’homme qui "persécutait" Fei.

L'homme lâcha Fei qui retomba à terre, le petit asiatique reconnu l'ombre qui était venu à son secours, c'était Luna. Il écarquilla les yeux ne comprenant pas ce qu'il faisait là, il l'avait suivis?
Il n'eut pas le temps de réfléchir plus, Luna fut violemment jeté au sol puis tabassé d'un coup de pied. Fei vu rouge, il repoussa son collègue qui tomba à terre et pris Luna dans ses bras.
Il cria méchamment sa voix s'imprégnant de colère:

-Vous êtes vraiment pas bien! Vous en prendre à un pauvre chat!

Luna n'était pas bien, sa pattes semblait blessé ce qui énerva Fei. Il allait démolir ses collègues, voyant la colère du petit asiatique les deux hommes s'éclipsèrent en prétextant qu'ils était en retard pour rendre le dossier. Qu'importe, il devait payer Fei déposa luna dans une caisse et lui caressa la tête, c'était douloureux de voir Luna blessé, il dit doucement:

-Je reviens attend moi là...

Luna miaula faiblement, ce qui fit mal au cœur de Fei accentuant au passage son envie de meurtre. Il se releva et parti à la poursuite des deux sans cœur, il les traqua comme une bête qui poursuivait sa proie. Il en retrouva un des deux, ils s'étaient séparé apparement dommage il aurait voulut les démolirs tous les deux.
Il le mit en Game Over sans chercher à comprendre, Avant de le mettre K.O. il avait réussit à lui donner un coup de poing à la mâchoire de Fei.
Le petit asiatique essuya le sang qui coulait au coin de sa lèvres tout en regardant le corps se décomposé en petite particule de lumière. Il n'arriverait pas à retrouver le second homme... Ce n'était pas grave il avait eut celui qui avait tabassé Luna et c'était le principal.

Fei tourna les talons, il devait retourner récupérer son chat pour le soigné. Il courut entre les ruelles, puis au croisement où il avait laissé Luna, il apparut dans la ruelle. Il fut surpris de voir que quelqu'un se trouvait là, il se tenait devant lui et il avait faillit lui rentrer dedans.

Le petit asiatique resta immobile, il était clairement surpris, mais inquiétude était plus forte. Ce n'était pas le moment de prêter attention à un étranger, Fei était essoufflé, il regarda de loin l'endroit ou il avait laissé Luna, il ne le vit pas. Ce qui accentua son inquiétude et sa peur...L'autre homme était revenu et avait pris son chat? Cette pensé effraya Fei qui commençait à perdre ses moyens, tout tremblant il dit douloureusement d'une voix faible:

-Luna...?

Ou était-il? Il avait envie de pleurer... Puis il entendis un miaulement....Miaulement qu'il pouvait reconnaitre entre mille c'était celui de sa boule de poil. Le miaulement venait de juste au dessus de lui? Fei releva le regard, Luna se trouvait dans le manteau de l'homme sa petite tête qui dépassait continuait à miauler.
 Fei eut l'air soulagé de le voir, son regard s’adoucit il laissa même un petit sourire étirer ses lèvres, Luna se débattit un peu et sauta hors du manteau de l'homme pour se retrouver dans les bras de Fei qui lâcha son parapluie à terre.
Le petit asiatique intercepta la petite boule de poil et il se laissa glisser au sol tenant fermement le petit corps félin contre lui. Ses épaules tremblèrent légèremlent, il avait vraiment eut peur en ne voyant pas Luna, la pression se relacha et quelques larmes de soulagement perlèrent sur ses joues.
Le petit chat lécha les joues de son maitre comme pour le rassurer, ce qui toucha encore plus le petit brun.

Il dis doucement:

-T'aurais pas du me suivre...Je ferais quoi sans toi hein?

Fei l'avait un peu "sermonné", mais il tenait réellement à ce petit chat, il le posa sur ses genoux, il voulait voir l'étendu des dégâts sur la pattes, il l'ausculata très attentivement et surtout délicatement, cela ne semblait pas cassé...Ce qui était une bonne nouvelle!

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité

Invité

MessageSujet: Re: A la vue d'un chat abandonné. [pv Fei]   Mer 4 Fév 2015 - 20:01

Alors que je commençais à fouiner dans le coin pour trouver un hôtel, qui accepterai les chats si possible, sinon il le cacherait, la petite boule de poil se mit à miauler.

- Chut, ça va aller je vais prendre soin de toi, voulu-je le rassurer en lui tapotant légèrement la tête.

Mais déjà la petite boule de poile noire escaladait mon blouson pour s’enfuir, pour ne pas qu’il se blesse, je me suis accroupi par instinct, même si on dit qu’un chat retombe toujours sur ses pattes. A quoi lui rimait-il d’agir ainsi ? La tête légèrement penchée d’incompréhension, je vis une silhouette juste en face de moi qui eut l’air soulagée. Il venait de l’appeler Luna. Le nom que je venais tout juste de lui donner… Serai-je empathique où quelque chose de ce genre depuis que je suis ici ? Une belle jambe, moi qui avait profilé les pires plaies de la société, voilà que je me retrouvais à comprendre les sentiments réels des gens, voir même, d’un chat ? A moins que c’est parce que son maître s’est pointé et qu’il le cherchait en pensant suffisamment fort pour que je puisse ressentir, pressentir le prénom de ce chat ? Lassé par tant de question sans réponse, je m’asseyais là dans cette rue en passant ma main dans mes cheveux détachés. Trop longs pensais-je…. Mais déjà Erika me parvenait et me grondait de vouloir les couper… Décidemment… Ces souvenirs étaient insupportables, et plus ils étaient heureux, plus ils me tiraillaient. Le bonheur avait ce genre de revers, lorsqu’il disparaissait, il se transformait en un enfer sans nom, des plaies ouvertes incicatrisables.
Je me passais la main sur le visage pour essuyer pitoyablement la naissance de mes larmes, j’en avais déjà suffisamment versé pour aujourd’hui.
Je m’intéressai alors à cet asiatique, il était chétif, plus encore que ce blondinet. Lui, il était vraiment petit. Il pleurait son chat. Le sermonnait légèrement.
De toute évidence, cette boule de poile ne me réconforterait pas ce soir dans une chambre d’hôtel, j’allais me retrouver seul avec mon passé, mes souvenirs, mon envie de m’en aller, de tout casser, de tout brûler, moi y compris.

- Tu devrais en prendre davantage soin. Les bêtes sont fidèles à leur maître, peu importe où il va, l’animal désire toujours le suivre, quoi qu’il lui en coute. Réfléchis-y.

Ma voix était dénuée de colère, ce qui me faisait bizarre, elle était juste chaude, calme. Comme avant, si ce n’est cette pointe d’abattement et de solitude. Le monde semblait me peser sur les épaules, ce bien trop lourdement.
J’étais au moins satisfait pour le chat, même si une pointe de jalousie perçait mon cœur. Parfois j’aimerai ne plus avoir à faire face à mes propres sentiments, éteindre mon humanité.
Off.
Ce serait si facile…

- J’oubliais, ton chat est blessé sous la pâte gauche.

Ma voix tremblait, mais bordel qu’est-ce qu’il m’arrivait, je ne voulais en aucun cas paraître faible devant quiconque. Je ne connais personne ici, et je ne sais à qui me fier, alors je ne devais me permettre aucune faille. Même si, de premiers abords, il semblait inoffensif.
Lasse, je me relevai, tant bien que mal, épuisé, ma nuit avait été bien rude, trop rude. Un bon lit me ferait tellement de bien, ne serait-ce qu’un saufa, même le sol pourvu que je dorme au sec… J’allais attraper la mort. Ironiquement pourtant c’est ce que je voulais, mais je savais qu’on ne pouvait mourir ici.
Damnation.
Enfer.
Torture.
Eternité.
Tous ces mots prenaient leur sens et le créateur de ce jeu, de ce piège sans nom était infâme. Il devait se croire malin, se croire Dieu. Un pauvre taré s’amusant du malheur des autres. Toute personne saine finirait par devenir dingue en vivant dans un tel monde. Ne jamais vieillir, ne jamais mourir. Continuer. Toujours.

- Bon eh bien… commençai-je.

Eh bien quoi ? Qu’allais-je bien pouvoir lui dire d’autre. Je n’avais jamais été d’une nature bavarde, exceptée avec la seule femme ayant accepté de vivre à mes côtés, celle qui avait fait ressortir la douceur enfouie en moi. Celle qui avait su voire plus loin que l’homme sorti brute de décoffrage que j’étais il y a un temps. Mais cette douceur, je sais la perdre depuis sa disparition, je redeviens taciturne, violent, un fou de la justice, de ma justice… Je me perdais à nouveau et l’étincelle de mon regard se chargeait de glace.
Peut-être, non, certainement que je ne serai plus capable d’aimer, de sourire réellement. Sauf peut-être à ce genre de boule de poile…
Revenir en haut Aller en bas
Fei Weitan
avatar

Shadow Heartless
Messages : 81
Date d'inscription : 15/08/2014
Localisation : Dans un trou paumé...

ID Second Life
Identifiant: RED Shadow
Age: 25 ans
Pouvoir: Pain / Blade of Shadow

MessageSujet: Re: A la vue d'un chat abandonné. [pv Fei]   Mer 4 Fév 2015 - 21:04

Lorsque l'homme fit sa remarque, Fei voulait lui répondre sèchement, mais il décida de ne rien dire l'état de Luna l'inquiétait, puis lorsque le mot 'patte' gauche fut prononcé, il regarda aussitôt le dessous de la patte qui était effectivement un peu ouvert. Aussitôt le petite asiatique déchira un petit bout de tissu pour envelopper la petite patte, il ne voulait pas que la blessure s'infecte, il la soignerait mieux une fois rentré chez lui.
 Une fois les "premier secours" administré, Fei se releva il était plus calme, il tenait entre ses bras le petit chat. Il fixa enfin son attention vers l'homme qui était face à lui, il le regarda de bas en haut... Cet homme "puait" le nouvel arrivant, cela se voyait à des kilomètre, rien qu'a voir sa tronche paumé et usé c'était facile de deviner qu'il était dans Seconde Life depuis peu de temps.

Fei était prêt à parier que cet homme n'avait surement que quelques infos concernant ce monde et cette seconde vie. Fei soupira doucement, Cet homme semblait totalement au bout du rouleau, voir dépressif. La conscience de Fei lui disait qu'il ne devait pas le laisser comme ça, même si cela l'emmerdait il avait une "dette" envers lui...Il avait été gentil avec Luna cela avait plus ou moins touché le petit asiatique.
Lorsque l'homme commença à partir, Fei l'attrapa par la manche, il détourna le regard et dit sèchement:

-T'es nouveau non?....ça se vois à ta tête....En plus t'as l'air dépressif....Tu sais, tu pourra pas te supprimer même avec la meilleur volonté du monde...Tu reviendra obligatoirement à la vie...Je te déconseil d'essayer un Game Over...Tu peux me croire ça fait un mal de chien d'être réinitialisé...


Fei glissa son regard vers lui, le fixant longuement. Il hésita et dit doucement:

-Je suppose que tu connais rien à ce monde non plus, son fonctionnement et ses règles... T'as pas de toit...A cette heure tu trouveras rien pour te loger par ici...

L'asiatique posait ses constatations sans passer par quatre chemin en même temps il était du genre direct. Fei lâcha la manche de l'homme, puis il soupira doucement. Il caressa la tête de Luna qui miaula et lécha sa main.
Le brun finis par dire d'une voix douce:

-Je veux bien t'expliquer ce qu'il y a à savoir sur Second Life....Je peux aussi t'offrir un toit pour cette nuit...Pour te remercier d'avoir veillé sur Luna, j'aurais mauvaise conscience si je te laisse ici à cette heure....Les quartiers de Zero la nuit sont....Dangereux, surtout pour un nouveau tu risque de tomber sur un "chasseur"....

Fei baissa les yeux au sol, inviter quelqu'un "chez lui" était un peu gênant...Pourtant il avait déjà eut plusieurs "squatteur".
Il sera contre lui Luna, puis il finis par dire:

-Enfin, si tu veux croupir ici je ne vais pas non plus te retenir, c'est toi qui décide si tu me suis ou pas....

Le petit asiatique avait repris son regard et son visage neutre, il planta sans détour son regard dans celui de l'homme. Après tout c'est vrai ce n'était pas ses affaires si cet homme tombait en Game Over au milieu de la rue, il lui avait proposé de lui donner un toit s'il n'acceptait pas, Fei ne ferait pas l'effort d'essayer de le convaincre.

Le petit asiatique tourna les talons, il allait partir, puis il fit par dire faiblement d'une voix reconnaissante:

-Pour Luna...Merci...

Fei était quelqu'un de fier, avoir un merci de sa part, c'était presque comme avoir de l'eau dans un désert. Le petit asiatique se mit ensuite à marcher lentement s'engageant dans une petite rue, c'était maintenant à l'homme de décider si il le suivait ou non.

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité

Invité

MessageSujet: Re: A la vue d'un chat abandonné. [pv Fei]   Ven 6 Fév 2015 - 11:04

Le chat, cette boule de poile était là, contente avec son maître. Cela m’arracha un petit sourire qui illumina un temps mes yeux. Cet asiatique semblait en prendre soin et y être attaché. Mais je m’étais détourné, retournant à ma misère quotidienne. Au final, avoir une seconde vie était un bien grand mot, rien ne changeait, alors que pourtant tout était différent…
Je déteste ça.
Puis, je me ressentis retenu, que pouvait bien me vouloir cet asiatique qui venait tout juste de récupérer son chaton ? Des remerciements. Pff, je n’en avais cure, la reconnaissance des gens ne m’atteignait plus comme avant. Avant j’aurai souri, répondu que le plaisir était pour moi. Je lui aurai souhaité une bonne fin de journée bien avancée. Mais non. Cet intérêt s’était perdu, dès l’instant où ce qui faisait de moi l’homme le plus heureux du monde me rendit le plus malheureux et détestable.
Je tournai malgré tout la tête vers lui, j’attendais, et enfin il parla, ce en détournant le regard. Je savais être impressionnant, et avec la gueule que je devais tirer, je devais soit lui procurer de la peur, soit de la pitié. Il était … hésitant.
Quoi de plus normal, il ne me connaissait pas. Mais il avait deviné à juste titre que j’étais nouveau dans le coin. Cela se voyait donc tant que ça…
Je répondis alors simplement à sa première phrase ainsi :

- Je sais… Je sais que la mort ne voudra jamais de moi dans ce monde, la douleur de cette renaissance je ne l’ai pas encore goûté, à moins que ce soit avec celle que je suis arrivée hier matin.

Car, il est vrai que mon réveil a été douloureux, la suite l’avait été tout autant à cause de ce blondinet… Vraiment à quoi pensait-il d’ailleurs quand il s’est évanoui comme un con dans cette étendue d’eau cramoisie, au poing on aurait dit une marée de sang.
Puis il m’affirma que ce n’est plus en cette heure tardive que je trouverai de quoi avoir un toit sur ma tête. Génial… une seconde nuit à la belle étoile en perspective, du moins si cette fichue pluie voulait bien arrêter de tomber… D’une main lasse, je tiraillais mes cheveux, les tirant presque sans ménagements pour retenir mon bras en suspension.
Puis contre toute attente, l’asiatique m’invita chez lui, sa voix était hésitante, douce, on aurait presque pu imaginer qu’elle tremblotait. J’aurai pu tout simplement refuser, lui dire que j’étais bien capable de me défendre, plus qu’il ne l’imaginait sûrement. Par reflexe, je touchais d’ailleurs l’arme que j’avais failli perdre à cause de ce gamin entêté. Puis je me détendais qu’elle soit toujours là.
Peut-être bien que cet asiatique pourrait se révéler une mines d’informations. Peut-être qu’il pourrait m’être utile, car de toute évidence, le puzzle n’était pas encore complet… Ouais, ça valait peut-être le coup. Et au moins je dormirai au chaud, et peut-être même que j’aurai le droit à une bonne douche chaude.
A cette simple pensée, j’enquillais simplement le pas de cet homme si petit et pourtant d’où une certaine prestance. Peut-être bien qu’il était un appât et que j’allais me lancer directement dans la gueule du loup… Allez savoir ce qu’on peut bien faire au nouveau par ici. Ça ne m’étonnerait pas que du trafic louche puisse se faire, comme un trafic d’organe, trafic de drogues, trafic de femme peut-être ? Car dans l’immédiat, je n’en avais pas vu une seule…
D’un coup, le jeune devant lui s’arrêta, il me dit simplement merci. Ça m’étonne presque, car dans un tel décor, on ne s’attend jamais vraiment à ça. Si bien que mes vieilles habitudes revinrent au galop.
Avec un grand sourire, je lui dis simplement :

- Ce n’était rien.

Je soupirai une nouvelle fois et regardai le ciel tandis que je le suivais chez lui, était-ce une bonne chose ? Car je ne savais pourquoi, je savais que je pourrai me retrouver piéger à nouveau dans des sentiments contradictoires, sentiments qui pourraient me gêner dans ce monde plus qu’autre chose.
Mais si je voulais pouvoir survivre ici, il allait falloir que je me renseigne, et les agences de tourismes n’étaient pas florissantes dans le coin.

- Si jamais, tu venais à m’emmener dans un endroit louche où l’on voudrait ma peau, ou autre chose de lucratifs n’allant pas dans mon intérêt, je te préviens que c’est toi qui mourrais en premier, même si apparemment, tu finirais par revivre.

Voilà, c’était dit, c’était bête, vraiment, car ça pourrait le refroidir, il pourrait tout simplement m’envoyer me promener en me disant de me démerder seul. Mais comment ? J’avais encore de l’argent volé à un voleur, mais il allait falloir que je me trouve un boulot, et dans ces quartiers, il ne semblait pas que la venue d’un flic soit bienvenue…
Et puis, avais-je encore l’étoffe d’un flic ?
J’en doutais, fortement.
Il n’y avait qu’à le suivre, à fermer ma gueule, et on verra.
Revenir en haut Aller en bas
Fei Weitan
avatar

Shadow Heartless
Messages : 81
Date d'inscription : 15/08/2014
Localisation : Dans un trou paumé...

ID Second Life
Identifiant: RED Shadow
Age: 25 ans
Pouvoir: Pain / Blade of Shadow

MessageSujet: Re: A la vue d'un chat abandonné. [pv Fei]   Sam 7 Fév 2015 - 14:01

La "mise en garde" de l'homme fis doucement rire le petit asiatique, il le prenait au sérieux, mais il ne pu s'empêcher de pouffer de rire. Un rire simple et enfantin, Fei serra un peu plus Luna contre lui et dit doucement:

-Je suis du genre solitaire, je ne fricotte pas avec la mauvaise graine...Et même si je t’emmenais dans un endroit où on te voudrais du mal, je doute que tu puisse avoir le temps de dégainer ton arme contre moi...D'ailleurs je te déconseille de la sortir devant moi, je n'aime pas ce genre de joujou...

Il n'avait pas dit cela méchamment, Fei n'avait aucun intérêt à mener cet homme dans un piège. Le petit asiatique continua de marcher silencieusement, se faufillant entre les rues. A un moment il sorti de la ville et se dirigea vers un coin isolé, ce qui pourait paraitre louche, mais après quelques minutes de marche, on pouvoit voir qu'il y avait un immeuble assez étrusque, rustique au possible qui semblait abandonné.

Le petit s'arrêta et se tourna vers l'homme, il lui dit:

-J'habite au dernier étage, il n'y a pas d’ascenseur il faudra marcher...

Le petit asiatique aimait ce genre d'endroit calme et désert, il n'aimait pas vraiment l'agitation de la ville. Sans attendre de réponse de l'homme, il se retourna et pénétra dans l'immeuble, il faisait sombre à l'intérieur, Fei s'engagea dans les escalier marchant lentement pour ne pas perdre l'homme.
Il arriva bien vite au dernier étage, il s'enfonça dans le couloir et se rendis à la dernière porte, qu'il ouvrit avant de pénétrer dedans.

Fei ne referma pas la porte derrière lui, il alluma la lumière et posa Luna à terre. Il se tourna vers l'homme et demanda:

-Alors...Cet endroit est louche....Mais personne ne va t'enlever ou te violer...Tu compte me descendre ou bien tu veux profiter tranquillement de la douche?

Il esquissa un léger sourire amusé, il voulait un peu taquiner l'homme sans être méchant bien sur. Il se tourna vers une armoire où il en sorti un kit de secours pour soigner Luna, il le posa sur une petite table. Il essaya de voir en même temps pour des vêtement de rechange pour l'homme, il sorti un de ses pantalon...Il fit une légère grimace contrarier, ils étaient clairement de carrure différente, ses pantalon serait trop court et trop serrer pour l'homme.
Fei se maudissait d'être aussi petit, il soupira et ferma les portes de l'armoire, il se dirigea vers un autre placard et en sorti un jogging plus large et un T-SHirt, ce n'était pas sexy, mais au moins cela semblait à la taille de l'homme.

Fei ferma le placard et revint vers l'homme, il lui tendis les vêtements et dit:

-La salle d'eau est à droite...Tu trouvera une serviette dans un des placard....Pour les fringues aucune des mienne ne t'irais, donc je te prête celle là en attendant....Tes fringues mouillé ne doivent pas être agréable à porter non?


_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: A la vue d'un chat abandonné. [pv Fei]   

Revenir en haut Aller en bas
 

A la vue d'un chat abandonné. [pv Fei]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Mao, c'était le chat de Jan
» Le triste passé du chaton abandonné
» Activer le chat
» Invitation au Chat
» Enfant abandonné à Morne Calvaire dans un champ de mais

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Rp Abandonnés-